Fortress of Solitude.

C’est en discutant dimanche en rentrant du parc que je me suis rendu compte à quel point il était impossible pour quiconque de faire partie de ma vie. D’entrer dans les limites de mon Moi.

Je faisais le parallèle avec Cayetano.

Je suis gentil et souriant, en apparence. Il peut paraître snob et fermé. Et pourtant, il est beaucoup plus facile de nouer quelque chose de profond et sincère avec lui qu’avec moi. Il a cette soif de rencontres, de connaître d’autres personnes. Et rien ne l’arrête. Il est ouvert aux autres.

Plusieurs fois, il m’a parlé de nouveaux amis, mentionnant des personnes que j’avais moi préalablement rencontrées. Mais laissées sur le seuil de la porte.

Parce que je ne laisse personne entrer.

Alors, à savoir si je ferme la porte ou si je la laisse ouverte mais n’invite pas à entrer, je ne sais pas trop. Ce que je sais en revanche, c’est que certaines personnes s’engouffrent. Entrent. Réussissent.

Mais mon premier réflexe est de me demander si je pourrais réussir à les faire sortir un jour ou si nous serons noués ensemble à vie.

Un reproche que j’ai souvent. C’est celui de ne pas entretenir mes amitiés. Je n’appelle pas. Je n’envoie pas de messages. Je ne réponds pas toujours. Je ne suis jamais à l’origine d’une sortie.

Pourquoi vouloir faire entrer de nouvelles personnes si je ne peux pas déjà entretenir ces amitiés que j’ai déjà ? Et je l’ai énoncé ainsi. En rentrant du parc. J’ai parlé d’un calcul avantages/inconvénients.

Qu’est-ce que je gagne ?
Qu’est-ce que je dois perdre, sacrifier ?

Oui je parlais d’Amitié. Avec des règles de calcul.

Au fur et à mesure des années, j’ai considérablement réduit le nombre de ceux qui comptent. Et je l’ai limité.

Une limite juste pour me permettre de ne pas ressentir le besoin de me ré-isoler. Comme je le faisais auparavant. Quand au lycée ou à la fac, je coupais mon téléphone tout le weekend pour n’être qu’avec moi. Me recharger.

Mais tout cela ne se dit pas.

Je pense que Kévin Bacon est pareil. Lui aussi a besoin de s’isoler. Alors parfois, le samedi et/ou le dimanche, on s’enterre. Et on se recharge.

Et je finis par rentrer chez moi.

 

30. août 2016 par Oslo Ohara
Catégories: Oslo Ohara | 3 commentaires

(3) commentaires

  1. C’est courageux de ta part d’avouer être comme cela. Donc bravo. Et je comprends tes choix. Il y a juste une question que je me pose : si une nouvelle personne essaye de te connaitre davantage, mais qu’elle n’est pas en moyen de venir à ta rencontre, ferais-tu un geste supplémentaire ?

  2. je le dis souvent que je n’ ai pas le temps l’envie d’avoir trop d’amis . Et j’ ai réduit aussi
    je n’ appelle pas non plus
    je peux t’envoyer un SMS 6 mois plus tard ne voyant pas le souci des 6 mois

  3. Ca s’appelle être introverti !
    Pas au sens d’être asocial, mais juste qu’être avec d’autres pompe de l’énergie, et qu’il faut se ressourcer après.
    Il y a de la littérature dessus. :)

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *